Soutenir les établissements de loisirs de plein air aux prises avec la reprise épidémique



J'ai déposé une question écrite le 24 août 2021 pour interroger le ministre de l'économie, des finances et de la relance sur les difficultés que les 500 établissements de loisirs de plein air rencontrent à l’été 2021 en raison du durcissement des restrictions sanitaires consécutives à la reprise de l’épidémie. Dans l'attente de la réponse du ministre, vous trouverez ci-après le texte de ma question.


Question publiée au Journal Officiel le 24 août 2021


M. André Villiers interroge M. le ministre de l'économie, des finances et de la relance sur les difficultés que les 500 établissements de loisirs de plein air rencontrent à l’été 2021 en raison du durcissement des restrictions sanitaires consécutives à la reprise de l’épidémie du fait du variant Delta de la Covid-19, alors même qu’ils avaient recruté des saisonniers pour la saison.

Ces établissements sont en effet concernés par la mise en œuvre du passe sanitaire exigé depuis le 21 juillet pour accéder aux lieux de loisirs et de culture rassemblant plus de 50 personnes.

Or bien qu’ils contribuent au tourisme de proximité, les établissements de loisirs de plein air ne sont pas éligibles au fonds de solidarité dont bénéficient les campings et ils ne bénéficient pas des aides à la relance à l’instar des parcs d’attractions. Quant aux règles de prise en charge des salariés en activité partielle, elles ne s’appliquent que lorsque le chiffre d’affaires subit une baisse de 80%.

Il lui demande quelles mesures le Gouvernement compte prendre, et suivant quel calendrier, pour soutenir les établissements de plein air lourdement impactés par la reprise épidémique et, à travers eux, de nombreux emplois qui font vivre le tourisme de proximité.


Réponse en attente