SIA 2022 : retrouvailles avec l’agriculture



Je me suis rendu mercredi 2 mars au Salon International de l’Agriculture qui fait son grand retour après une édition écourtée en 2020 et une annulation en 2021. Comme chaque année, je suis venu porte de Versailles soutenir nos agriculteurs et vibrer au rythme de la plus grande “ferme de France”.


Cette 58e édition du SIA se tient en effet dans un contexte national et international exceptionnel, qui entrechoque les enjeux de court terme et de long terme. Les enjeux de court terme, c’est la sortie de la crise sanitaire, l’envolée du cours des matières premières agricoles, l’inflation alimentaire, la conclusion des négociations commerciales sur les prix alimentaires, la guerre russo-ukrainienne. Les enjeux agricoles de plus long terme, c’est la revalorisation du revenu des agriculteurs, le défi démographique du renouvellement des générations, la prévention de la chute de la production agricole française et la reconquête d’une pleine souveraineté alimentaire dans un monde globalisé. C’est aussi l’évolution décisive du rapport des Français à l’agriculture et aux agriculteurs, à mesure que nos compatriotes, de plus en plus “consom’acteurs”, prennent conscience que bien produire et bien se nourrir est un enjeu de société et même un enjeu éminemment politique.


Bien sûr, je n’oublie pas que nous sommes à quelques semaines d’une élection présidentielle. L’édition 2022 était donc également le lieu d’échanges sur le bilan du quinquennat et les promesses de campagne pour l’agriculture et les agriculteurs. Agir pour notre agriculture et nos agriculteurs, c’est d’abord améliorer leurs revenus. Les lois EGALIM 1 et 2 n’ont pas permis les avancées attendues. Ce fut une chronique des espoirs déçus pour une profession qui attendait cette indispensable revalorisation de son revenu. Je n’avais d’ailleurs pas voté ces textes car je pressentais que la montagne accoucherait d’une souris. Agir pour notre agriculture et nos agriculteurs, c’est aussi les protéger contre les catastrophes naturelles et les intempéries. La loi généralisant la couverture assurantielle des agriculteurs est en revanche allée globalement dans le bon sens. Je l’ai votée, même si je suivrai très attentivement la rédaction des nombreux décrets et ordonnances prévus d’ici à son entrée en vigueur le 1er janvier 2023.


Le SIA, c'est enfin toujours l'occasion de nombreuses rencontres avec d'autres responsables politiques ayant eux aussi le souci et la passion de notre bien commun qu'est l'agriculture. Ainsi ai-je pu échanger avec la ministre chargée de la Mémoire et des Anciens combattants Geneviève DARRIEUSSECQ, la secrétaire d'Etat chargée de la Jeunesse et de l'Engagement Sarah EL HAÏRY, l'ancien ministre de l'Agriculture Stéphane TRAVERT, le Haut-commissaire au plan François BAYROU, mon collègue et ami député des Pyrénées-Atlantiques Jean LASSALLE, mon voisin et ami sénateur de la Côté-d'Or François PATRIAT.