Santé publique : retisser le lien de confiance entre l’État et les Antilles



La situation sanitaire dans les Antilles est particulièrement dégradée par les variants du coronavirus au regard du faible taux de vaccination de la population - très en deçà de la moyenne nationale.


Or, la faible couverture vaccinale à la Martinique et à la Guadeloupe s’expliquerait notamment - en plus de considérations sociales et culturelles - par une défiance envers l’Etat nourrie par de récents scandales sanitaires (chlordécone, sargasses). Pour beaucoup d’Antillais, l’État n’aurait pas toujours joué son rôle de protecteur. Il en résulterait une faible adhésion aux décisions politiques nationales dans le domaine de la santé.


Le Gouvernement doit donc prendre sans tarder des initiatives politiques et de communication afin de retisser ce lien de confiance distendu entre l’État et les Antilles dans le domaine de la santé publique. Ces initiatives ne permettront peut-être pas d’optimiser à court terme le déploiement local de la stratégie vaccinale contre la Covid-19. Mais elles contribueront sûrement, à plus long terme, à améliorer la gestion des prochaines crises sanitaires qui ne manqueront pas de survenir.