Protection de la rémunération des agriculteurs : une avancée à l’initiative du groupe UDI



Nous avons adopté le 6 octobre la proposition de loi visant à protéger la rémunération des agriculteurs au terme de sa “navette parlementaire” entre l’Assemblée nationale et le Sénat.


Cette proposition de loi reprend plusieurs des recommandations formulées par la Commission d’enquête sur les relations commerciales entre les agriculteurs et la grande distribution créée à l’initiative de mon collègue Thierry BENOÎT, après avoir pris acte de l’échec des Etats généraux de l’alimentation de 2018 qui n’avaient pu renforcer le revenu des agriculteurs et prévenir une relance de la guerre des prix dès 2019. Parmi les recommandations de la Commission (toutes votées à l’unanimité) reprises par la proposition de loi, figurent notamment des mesures sur la pluriannualité des contrats et leurs contenus, ainsi que la possibilité d’un mécanisme de règlement des différends.


Notre groupe “UDI & Indépendants” avait aussi contribué à améliorer le texte au cours des travaux parlementaires, notamment sur les indicateurs de production comme socle de la négociation, un encadrement minimal et maximal du prix ou encore l’identification ligne à ligne des services proposés par la grande distribution.


Je me félicite de cette première avancée pour la revalorisation du revenu agricole. La loi votée entrera progressivement en vigueur à compter du 1er janvier 2022. L’enjeu déterminant de la concentration des centrales d’achat, sur lequel mon groupe est mobilisé de longue date, devra être traité dans les meilleurs délais.


Plus largement, je crois que nous avons collectivement la responsabilité de faire évoluer les mentalités. Bien se nourrir a un coût. Il faudra donc mettre un terme aux discours qui entraînent les agriculteurs dans une spirale déflationniste en dévalorisant les produits agricoles et alimentaires par la promotion de “prix cassés”.