Assurance récolte contre les aléas climatiques : une mesure attendue, à voter et à compléter



Mobilisé de longue date sur ce sujet, et encore récemment en interrogeant le ministre de l’agriculture en avril lors d’une séance des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, je me réjouis de l’annonce du Président de la République le 10 septembre selon laquelle l'Etat mobilisera 600 millions d'€ chaque année pour indemniser les agriculteurs victimes de calamités agricoles et les aider à s’assurer contre les risques moyens. Ces fonds d’État compléteront des fonds européens afin de financer un système de solidarité nationale pour les pertes les plus graves et de subventionner en partie les assurances pour les risques moyens.


Cette mesure est très attendue par une profession en première ligne alors qu’à peine 30% des agriculteurs sont assurés contre les pertes liées aux aléas climatiques, des événements dont la fréquence et l’intensité augmentent du fait du changement climatique, comme l’année 2021 l’a illustré avec un épisode de gel tardif, des attaques de mildiou et d’oïdium, une sècheresse et des incendies, certains de ces phénomènes ayant tout particulièrement impacté nos bassins viticoles.


Avec mes collègues du groupe parlementaire UDI, nous veillerons à ce que le projet de loi créant cette assurance agricole soit bien adopté avant la fin du quinquennat et nous serons une force de proposition pendant le débat parlementaire prévu en janvier. Notamment pour aider les agriculteurs à agir en amont en se protégeant contre les catastrophes climatiques avec des moyens techniques de lutte préventive. Et d’ici janvier, nous veillerons à ce que la loi Egalim 2 soit adoptée avant les négociations commerciales afin de garantir la prise en compte du coût de production dans le prix payé aux producteurs.